[Avignon IN] « ARCHITECTURE » Une saga familiale en déliquescence, la nouvelle création de Pascal Rambert

La pièce s’ouvre sur une tirade prometteuse : le patriarche d’une grande famille viennoise, Jacques, architecte de renom, alias Jacques Weber, invective magistralement son fils qui s’est publiquement moqué de lui durant le discours de sa remise de médaille. Ce fils, incarné par Stanislas Nordey, écoute impassiblement les paroles de son père.
Mais, après avoir permis de faire connaissance avec l’ensemble des membres de la famille, épouse, frères et sœurs, conjoints, tous artistes ou personnalités influentes, Pascal Rambert perd déjà un peu le public de la Cour d’honneur. Son propos est de faire le parallèle entre la déchéance et les déchirures de cette famille avec la défaillance des nations européennes, entre 1911 et 1925. Les enfants veulent en finir avec « la génération bloquante » et les couples se déclarent leur haine. Pendant ce temps, les États courent à la catastrophe. L’auteur s’appuie sur les mécanismes de la psychanalyse, née à cette époque, mettant en avant le pouvoir performatif de la parole. « La vie nous sépare parce que nous n’utilisons pas les bons mots » explique Stan (Stanislas Nordey) à sa sœur Anne (Anne Brochet).
Tout cela ne nous apporte rien que nous ne sachions déjà : les drames du XXème siècle que nul intellectuel n’a su empêcher et la menace qui rôde à nouveau au-dessus de nos têtes aujourd’hui.

Architecture5 (c) C. Raynaud de Lage
Architecture13 (c) C. Raynaud de Lage
Architecture2 (c) C. Raynaud de Lage
Architecture1 (c) C. Raynaud de Lage

Architecture de Pascal Rambert © Christophe Raynaud de Lage

La pièce Architecture a, malgré des longueurs par moment exaspérantes, ses attraits. La scène de la cour d’honneur est sublimement occupée les comédiens présents en continu sur le plateau ainsi que par le décor. Représenté pour une première partie dans le style classique Biedermeier, il se transforme en intérieur Bauhaus, suivant ainsi la chronologie de l’histoire. Le casting est impressionnant et à la hauteur de ce que l’on peut en attendre. Jacques Weber déploie son talent pour la première fois au festival d’Avignon. Il y a également les habitués de la Cour d’honneur : Denis Podalydès (Les Damnés en 2017), Marie-Sophie Ferdane et Arthur Nauzyciel (La Mouette en 2013), … Presque tous ont déjà joué pour le metteur en scène Pascal Rambert et il a écrit ces dialogues pour eux. D’ailleurs les personnages portent le prénom de ceux qui les incarnent. Tous, au cours du spectacle, ont la possibilité d’exprimer leur talent. On retiendra notamment l’appel au peuple à la guerre du général Arthur (Arthur Nauzyciel) ou l’évocation des gueules cassées de 14-18 de Marie-Sophie (Ferdane), la jeune épouse de Jacques. Mais le temps trop long empêche de savourer ces interprétations.
Le leitmotiv des rondes composées par la famille comme pour se retrouver, après chaque nouvelle dispute ou nouveau drame apporte sa part de poésie et d’émotions.

Ce texte qu’il avait commencé à écrire sans savoir qui le jouerait ici, a été adapté dans un deuxième temps en ce sens. Une durée de près de quatre heures pour un spectacle dans la cour d’honneur semble être une obligation que se donnent les metteurs en scène. C’est dommage alors que Pascal Rambert avait réussi à penser un spectacle accessible à un large public, jugeant qu’il n’était pas nécessaire d’user de la vidéo et autres artifices pour prouver que le théâtre est toujours un grand art de notre temps.

Architecture4 (c) C. Raynaud de Lage
Architecture9 (c) C. Raynaud de Lage
Architecture8 (c) C. Raynaud de Lage
Architecture7 (c) C. Raynaud de Lage

Architecture de Pascal Rambert © Christophe Raynaud de Lage

Informations pratiques

ARCHITECTURE – Création 2019
Festival OFF d’Avignon du 5 au 28 juillet 2019

Auteur(s)
Pascal Rambert

Mise en scène et installation
Pascal Rambert

Collaboration artistique Pauline Roussille

Avec
Emmanuelle Béart, Audrey Bonnet, Anne Brochet, Marie-Sophie Ferdane, Arthur Nauzyciel, Stanislas Nordey, Denis Podalydès, sociétaire de la Comédie-Française en alternance avec Pascal Rénéric, Laurent Poitrenaux, Jacques Weber, Bérénice Vanvincq

Lumière Yves Godin
Musique Alexandre Meyer
Costumes Anaïs Romand
Chorégraphie Thierry Thieû Niang
Chant Francine Acolas
Conseil mobilier Harold Mollet

Durée
3h35 avec entracte

Dates
Du vendredi 5 au samedi 13 juillet 2019 à 21h30, Festival d’Avignon
Puis en tournée à partir de l’automne 2019 :
26 septembre au 5 octobre au Théâtre National de Bretagne, Rennes
15 au 24 novembre au Théâtre National de Strasbourg – TNS, Strasbourg
6 au 22 décembre au Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

Adresse
Cour d’honneur du Palais des Papes
Place du Palais des Papes
84000 Avignon

Informations complémentaires
Festival d’Avignon – 73ème édition
www.festival-avignon.com

Festival OFF d’Avignon
www.avignonleoff.com