« L’histoire d’une femme »

 

Face au sexisme ordinaire : l’urgence de dire 

 

Un prologue ludique attend le spectateur, animé par la comédienne Muriel Gaudin, dans un décor sobre, une table et une chaise. Des citations et chiffres afin d’évaluer la place de la femme dans la société moderne, le constat est édifiant. Aujourd’hui plus diplômées que les hommes, les femmes vivent plus longtemps, élèvent leurs enfants en menant leur carrière et pourtant avec des salaire moindres, des emplois plus précaires. La mixité professionnelle n’est que de 17% et encore moins dans les domaines techniques et artistiques. Les violences faites aux femmes, elles ne cessent d’augmenter.

© Victor Tonelli

La femme subit chaque jour des attaques, propos misogynes, violences avérées ou invisibles dans la rue, au travail et dans sa sphère intime. Des mots ou des gestes déplacés qui portent atteintes à son intégrité, à sa dignité. Muriel Gaudin incarne avec justesse et sensibilité cette jeune femme tombée à terre, victime d’un cycliste agressif et grossier, ses escarpins rouges au sol. Meurtrie, la protagoniste refuse de lutter, dans ce monde de phallocrates et machistes où insultes et sous-entendus pleuvent, pour ne pas cautionner la bataille et accepter sa légitimité. Elle s’extrait du système, se tait, refuse toute relation avec les hommes, son père, son frère, le patron, le médecin, le buraliste, des homosexuels, un sans-abri et un adolescent. Malgré tout, la jeune femme veut vivre pleinement, aimer, désirer et n’a pas de raison de renoncer à sa liberté, à son indépendance et à ce que la gent masculine peut lui apporter. Elle essaie de savoir comment marchent les hommes et ainsi se protéger. Un monologue poignant et rythmé où la femme déterminée s’efface, donne sa voix aux hommes qui croisent son parcours, débite avec énergie et sans discontinuer leur agressivité, comme un exutoire.

La création de Pierre Notte, « L’histoire d’une femme » concentre des portraits d’individus éclectiques affichant un sexisme ordinaire parfois même inconscient. Le récit éclaire la condition féminine aujourd’hui et propose une rupture afin de ne pas banaliser les discours malsains et humiliants. La mise en scène place la comédienne en tension constante, une bouteille et un verre à la main. Elle bouge très peu, éclairée par les lumières d’Antonio De Carvalho. Combattant avec vivacité, Muriel Gaudin réalise une véritable performance dans ce rôle, concentrée et sans pathos. Sa voix grave et profonde nous porte dans des histoires qui se télescopent, s’interrompent et reprennent de plus belle. Le silence omniprésent (celui de la femme) accentue la dramaturgie. L’échange plus doux avec l’adolescent est comme une ouverture, un espoir de changement. Auteur inspiré, Pierre Notte adapte son texte percutant et efficace pour un seul en scène redoutable. Il pose simplement les maux, les fait résonner différemment et trouve de nouvelles voies de réflexions, vers une entente collective et plus d’humanité. Un spectacle intense et nécessaire, riche en émotions et qui pousse à réagir.

 


 

 L’histoire d’une femme 

 

Texte, Musiques et Mise en scène Pierre NOTTE 

 

Avec Muriel Gaudin 

 

Lumières Antonio De Carvalho 

 

Du vendredi 17 mars au dimanche 7 mai 2017 

Du jeudi au samedi à 19 h 

dimanche à 17h30 

 

Durée : 1 h 10 

 

Théâtre de Poche Montparnasse 
75, Boulevard du Montparnasse 
75006 Paris

http://www.theatredepoche-montparnasse.com/ 

 

Tournée 2017 : 

Théâtre de Belleville mai, juin (sous réserve)