« RÉMANENCE… AU FIL DU MYTHE »  Mythes et matières, la poésie délicate de la Cie Mangano-Massip suspendue au temps de la vie 

Très présente durant cette deuxième Biennale des Arts du Mime et du Geste à Paris et à Périgueux, la Compagnie Mangano-Massip transmet avec application et enthousiasme sa passion et son savoir-faire, séduisant tous les publics. Lors de la Nuit du Geste le 10 novembre, Sara Mangano et Pierre-Yves Massip ont rendu hommage au maître Marcel Marceau à travers le voyage onirique d’une marionnette à l’effigie de son personnage Bip. Extrait de « Le Corps Théâtre », le spectacle/conférence joué à Périgueux évoque les fondamentaux et le processus de création propre à cet art qui se passe de la parole et s’exprime sous différentes facettes. Ainsi dans «Identité(s) du mime», les deux comédiens portent leur regard sur trente ans de spectacles au Festival Mimos. Démonstrations, explications et projections vidéo montrent l’évolution et la diversité des arts du Mime et du Geste, bien loin des clichés. Aux frontières de la danse, ou de l’acrobatie, comme de la marionnette, entre burlesque et poétique, on retrouve un langage commun, sensible et des formes contemporaines étonnantes. La nouvelle création «Rémanence… au fil du mythe» illustre le travail engagé par la Compagnie Mangano-Massip sur l’identité/mémoire et le rapport de l’homme au temps, de plus en plus fragmenté. Ce théâtre gestuel interroge l’idée de la Trace, celle de notre existence individuelle et celle laissée par notre civilisation.

Scène obscure, une vieille femme tricote sur son fauteuil et s’arrête songeuse. Sous les traits expressifs d’une marionnette, cette dame blanche recouverte d’un halo de lumière est saisissante. La pelote glisse et de souvenirs en rêves, des fragments de vie se déroulent dans les contrées de l’imaginaire. Visages familiers, visions et figures mythologiques se croisent sur le parcours des trois personnages qui incarnent trois moments de la vie et soulèvent des questions existentielles… Pénélope est la fileuse qui écrit la destinée, Pandore celle qui déroule les épreuves et Eurydice celle qui coupe le fil et accompagne vers la mort. La matière façonnée par l’homme se fixe, se pose par strates et se désagrège comme autant de vies présentes ou oubliées dans le temps. Craie, argile, herbe, béton, plâtre et eau laissent leurs empreintes et servent la narration. La scénographie esthétique et ingénieuse s’équilibre avec trois espaces distincts. Les images naissent en un clin d’oeil, puissantes parfois comme sorties d’un tableau. Sans parole, une dramaturgie intense se dégage des corps en mouvement et de l’emprise du temps. Les deux couples aux tenues identiques accomplissent les rituels du quotidien à toute allure et avec technicité. Les cycles de vies se déroulent à l’infini s’inscrivant dans l’éternité. Une danse à quatre sensuelle pleine d’émotions, de désirs et de tensions où la présence ou l’absence de l’autre peut hanter tout comme la mort inéluctable… Chacun tente de préserver son jardin (symbolisé par l’herbe et l’arrosoir à gauche) à la manière de Candide/Voltaire pour améliorer ou changer les choses et ainsi contribuer à faire évoluer la société et à la rendre meilleure.

22972588782_c0179dc24a_o
_GID4598
22875576477_58d62a22c6_o
_GID4500-2

© Gilles Dantzer

Ce mime contemporain traite avec optimisme et humour de nos fondements existentiels tout en cultivant le mystère. Souvenirs, pensées et émotions accompagnent nos vies en permanence, laissant une empreinte plus ou moins forte dans le temps. De l’intime, au rapport aux autres et au monde, le public est happé comme ces personnages par la matière, l’espace mouvant et la destinée. Hélène Beilvaire, Sara Mangano, Pierre-Yves Massip et Gerry Quevreux sont de remarquables interprètes. Retrouvez-les dans un extrait de ce spectacle à MIMESIS, un festival des formes courtes des Arts du Mime et du Geste conçu par la Compagnie Mangano-Massip et trois autres compagnies. En écho au travail sur la trace, qui est le fil conducteur de cette création, la compagnie propose une exploration du dialogue corps/matière et corps/objet avec le stage «Corps et Matière, l’empreinte de l’être». Entre théâtre gestuel, danse et théâtre d’objet, un travail exigeant sur la technique ouvert à la créativité qui met en jeu le mouvement dramatique face à une matière/objet inerte et fait surgir une relation sensible révélatrice de notre rapport au monde.

Informations pratiques

Écriture
Sara Mangano

Mise en scène
Sara Mangano et Pierre-Yves Massip

Avec
Gerry Quevreux, Hélène Beilvaire, Sara Mangano et Pierre-Yves Massip

Dates
14 novembre 2017 à 20h30 Théâtre de Corbeil-Essonnes
29 novembre 2017 à 20h30 Théâtre La Palace – Périgueux

Durée
1h20

Adresse
Théâtre de Corbeil-Essonnes
22, Rue Félicien Rops
91100 Corbeil-Essonnes

Informations et dates de tournée

http://www.compagniemanganomassip.com/
http://www.theatre-corbeil-essonnes.fr/