« AVA SA VIE, SON ŒUVRE » Le cabaret onirique et décalé d’Ava, la dame en verte !

La dame s’avance dans une robe vert émeraude terriblement sexy telle une icône sur papier glacé ou une pin-up de cartoons Tex Avery. Ava, femme fatale des années 50 entre dans la lumière avec sa démarche chaloupée, rien ne semble lui résister : ni hommes, ni accessoires, ni décor ! Enjôleuse, belle, drôle et fantasque, cette figure clownesque et entière se met à nu, prend de la hauteur et nous dévoile les multiples facettes de sa vie et ses talents dans des tours incroyables ! «Ava sa vie, son oeuvre…» est un solo riche en émotions et en surprises, interprété par la talentueuse circassienne Orianne Bernard. La quête de l’amour donne des élans inattendus et face à l’inconnu, il faut savoir briser la glace pour échapper à la solitude et trouver la voie du bonheur ! Tordant le cou aux clichés sur les femmes clowns, le spectateur assiste médusé à un effeuillage d’une rare efficacité, un cours de cuisine d’une ménagère irrésistible et des numéros périlleux qui se mêlent au quotidien avec une aisance déconcertante. Attachante, généreuse, «Ava la dame en verte» a du chien, de l’énergie à revendre et des idées loufoques. Vous vous laisserez sans doute prendre par son jeu et son humour désopilant sans même vous en rendre compte !

Adapté pour le chapiteau du Cirque Électrique, la mise en scène théâtrale d’Alexandre Pavlata ne laisse rien au hasard et use de nombreux effets techniques, même les intermèdes et vidéos célèbrent la belle avec des situations cocasses et décalées. Il faut dire qu’Ava, la dame en verte a fait du chemin depuis 2012 ! Avec sa compagnie Accès-Soir, Orianne Bernard axe sa recherche autour du personnage clownesque et lui donne ici des nuances contrastées où l’extraordinaire côtoie le trivial, le charme frise l’enchantement, l’animalité révèle la fragilité de l’être. Seule, au bout du rouleau, elle parle de sexe, provoque l’hilarité générale et ne cesse de nous émouvoir. Trapéziste clown et fakir, ses prouesses acrobatiques semblent ne pas avoir de limites et le public est ravi par la grâce et le talent de l’artiste. La scénographie soignée et les éclairages subliment ce personnage ultra-féminin et novateur dans un univers onirique tel un cabaret. Elle n’hésite pas à écorner l’image trop lisse et joue de l’autodérision. L’espace est particulièrement bien investi et les tableaux s’installent très rapidement avec l’aide du cowboy complice. Un spectacle éclatant d’une grande humanité, une célébration de la femme dans tous ses états.

 

auguste-3 corentin le goff
auguste-2 corentin le goff

© Pierre-Étienne Vilbert

 

Informations pratiques

Auteur(s)
Orianne Bernard

Mise en scène
Alexandre Pavlata

Avec
Orianne Bernard

Création lumière Christian Peuckert
Création Costumes Monika Schwarzl
Travail sur le mouvement Zoé Maistre
Constructeur Olivier Benoit
Vidéaste Joël Dabin

Photographies Pierre-Étienne Vilbert

Dates
13 au 17 juin 2018 au CIRQUE ÉLECTRIQUE
mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 21h
dimanche à 16h

Le 10 octobre 2018 Festival Les larmes du rire à Épinal


Durée
1h10

Adresse
CIRQUE ÉLECTRIQUE
Place du Maquis du Vercors
75020 Paris


Informations complémentaires
CIRQUE ÉLECTRIQUE :
http://cirque-electrique.fr/
Ava la dame en verte, Compagnie Accès-Soir :
https://fr-fr.facebook.com/pg/Ava-la-dame-en-verte-592599367529111/