« ICH BIN CHARLOTTE » Une performance théâtrale au service d’une Histoire

S’il existe des pièces de théâtre que l’on voit et dont, quelques temps après, le titre peut nous échapper; Ich bin Charlotte de Doug Wright, actuellement au Théâtre de Poche-Montparnasse, résonnera longtemps dans votre mémoire. Mise en scène par Steve Suissa, cette pièce, qui a obtenu le prix Pulitzer de l’oeuvre dramatique, est remarquablement interprétée par Thierry Lopez, dont le jeu d’acteur et la qualité d’interprétation sont impressionnants de talent. Tantôt fin et délicat, tantôt énergique et viril, statique ou dansant, passant de l’accent anglais à l’accent allemand, ce dernier incarne avec brio une trentaine de personnages. Campé sur ses hauts talons, vêtu d’une longue robe noire et sobre, le comédien, qui évolue sur une scène remplie de gramophones et de meubles anciens, parvient à entraîner le spectateur dans le récit réel et incroyable d’un personnage totalement singulier. En effet, Ich bin Charlotte est l’histoire de Lothar Berfelde, alias Charlotte von Mahlsdorf, un travesti allemand, né à Berlin en 1928. À l’âge de seize ans, Lothar deviendra définitivement Charlotte, malgré un père militant pour le parti politique Nazi. Antiquaire, collectionneuse, elle n’aura de cesse de récupérer de vieux meubles à la fin de la guerre, puis sous le régime communiste de la République Démocratique Allemande, qu’elle réunira et protègera dans un manoir à Berlin-Est. Plus encore, alors qu’elle fera de sa demeure un musée ouvert aux visiteurs, elle luttera contre l’obscurantisme et transformera sa propre cave en cabaret clandestin où se retrouvaient les homosexuels allemands et les artistes de l’époque, telle que Marlène Dietrich. Personne énigmatique et sulfureuse, Charlotte von Mahlsdorf sera rattrapée par l’Histoire, notamment concernant ses relations étroites avec la Stasi de la RDA.

Charlotte ©Svend-Andersen-768x1152
Charlotte 2 Crédit Svend Andersen
Charlotte 3 Crédit Svend Andersen

© Svend Andersen

Si le récit narratif de ce personnage est captivant, l’écriture dramaturgique de Doug Wright est doublement ingénieuse puisqu’il ne se limite pas à l’histoire de Charlotte, mais il détaille également les prémisses de son enquête et les raisons qui l’ont poussé à écrire sur celle-ci. L’auteur relate les interviews menées auprès de la réelle Charlotte von Mahlsdorf, dont il comprend que « la plus belle pièce de son musée, c’est elle-même ! », avant son décès en 2002. Ainsi, le spectateur se retrouve plongé dans les coulisses du processus de création, dont il est totalement partie prenante. En prolongation depuis le 15 janvier et ce, jusqu’au 10 juillet prochain, Ich bin Charlotte est un spectacle d’actualité qui mérite d’être vu et qui rappelle combien les différences peuvent être bénéfiques puisque la demeure de Charlotte von Mahlsdorf est toujours ouverte au public et qu’elle fait désormais partie du patrimoine allemand.

Informations pratiques

Auteur(s)
Doug Wright
Adaptation Marianne Groves

Mise en scène
Steve Suissa
Assistante à la mise en scène Stéphanie Froeliger

Avec
Thierry Lopez

Décor Natacha Marcoff
Lumières Jacques Rouveyrollis assisté de Jessica Duclos
Costumes Jean-Daniel Vuillermoz
Chorégraphie Anouck Viale
Création sonore Maxime Richelme

Dates
Du 15 janvier au 10 juillet 2019
Mardi et mercredi à 19h

Durée
1h10

Adresse
Théâtre de Poche
75, boulevard du Montparnasse
75006 Paris

Informations complémentaires
theatredepoche-montparnasse.com