« SI TU N’ÉTAIS PAS DE MARBRE… » La Compagnie Hippocampe touche du doigt un rêve

C’est sur cette même scène du Théâtre Victor Hugo de Bagneux que Luis Torreão et trois comédiens de la Compagnie Hippocampe avaient donné un avant-goût de leur nouvelle création « Si tu n’étais pas de marbre… » lors de la « Nuit du Geste » un an plus tôt. Un moment festif, point d’orgue de la deuxième Biennale des Arts du Mime et du Geste au cours duquel ce poème visuel, corporel et en mouvement d’une grande sensualité, inspiré par L’Âge mûr de Camille Claudel, marqua immanquablement les esprits. Les quatre artistes explorent le mouvement et nourrissent leurs spectacles depuis dix ans de leur passion créative.

En 2009, la pièce « La Chambre de Camille » mettait en lumière la figure de Camille Claudel et ses amours tumultueuses avec Auguste Rodin. Dans cette nouvelle création, on retrouve la sculptrice dans son atelier malaxant la terre et taillant le marbre avec délice au milieu d’œuvres d’un profond réalisme, incarnées tour à tour par les comédiens. De l’œuvre controversée L’âge d’Airain de Rodin où certains s’accordaient à dire qu’il avait été moulé directement sur le modèle tant le résultat était saisissant, aux œuvres les plus célèbres comme le Penseur, la Vague, l’Âge mûr ou la Valse, les tableaux se dessinent et éclairent subtilement la relation artistique et amoureuse qui unissait le maître Rodin à sa jeune élève. Dans cet espace intime et silencieux, le temps suspendu laisse la part belle à l’imagination, à la transformation et à la création où tout devient possible ! Admirative, en proie aux doutes, à l’urgence et à la fulgurance créative, les rêves de Camille prennent vie soudain entre ses doigts. Les protagonistes font éclater leurs sentiments, s’aiment, se déchirent, se mêlent ou s’effacent parfois derrière leurs sculptures empreintes de leur passion dévorante, qui s’animent à leur tour et content leur histoire. Guidé par les corps en mouvement et leurs manipulations, ce ballet surprenant et infiniment poétique révèle des dialogues inattendus et un travail de précision auquel les mimes corporels donnent tout l’éclat en rendant également hommage au maître Étienne Decroux.

La mise en scène de Luis Torreão est épurée et résolument moderne. Le corps est sa matière de création et à travers le parcours étonnant de Camille Claudel, il met en lumière la complexité de la démarche créative, le rapport qu’entretient l’artiste à son œuvre et tous les espoirs qu’il y dépose. À tous les âges de la vie, la ferveur et le questionnement est là, la nécessité de faire. De belles images se dessinent et l’on admire le travail sur les corps, la matière posée subtilement réhaussée par le maquillage de Kristine Ketiladze et tous les menus détails qui montrent une structure maîtrisée et l’intensité de cette belle pièce où la dramaturgie est puissante. La proposition d’une grande justesse touchera tous les créateurs, passionnés et les doux rêveurs qui se laisseront porter par la beauté des corps en mouvement et la musique qui les accompagne. Si l’artiste sculpteur Theo Jansen rêve que ses œuvres mobiles continuent à vivre après lui, souhaitons à la Compagnie Hippocampe que leurs œuvres s’inscrivent aussi dans le temps. Retrouvez ce vibrant spectacle le 7 mars à Odyssée – Scène conventionnée de Périgueux et à la saison 2019/2020 à l’International Visual Theatre à Paris.

Informations pratiques

Mise en scène
Luis Torreão

Avec
Sonia Alcaraz, Guillaume Le Pape, Mélody Maloux, Luis Torreão
Regard extérieur Lola Atger
Décors Marta Pasquetti
Construction des décors Franck Oettgen, Marta Pasquetti Musique Robin Gentien, Apolline Kirklar
Maquillage Kristine Ketiladze
Photos Peggy Riess et Gilles Dantzer

Dates
Du 24 au 27 janvier 2019
7 mars 2019 Odyssée – Scène conventionnée à Périgueux
Saison 2019/2020 IVT – International Visual Theatre Paris

Durée
1H05

Adresse
Théâtre Victor Hugo
14, Avenue Victor Hugo
92220 Bagneux

Informations et dates de tournée
www.mime-corporel-theatre.com