« LA NUIT PROCHAINE », quand le destin frappe, la Cie BPM mêle chants et mouvements choraux dans un bel élan poétique

Après Frantz un premier spectacle original autour du mime et de bruitages (cf critique Théâtreactu Frantz), nous retrouvons la compagnie BPM (acronyme : battement par minute) aux Déchargeurs avec La nuit prochaine, sa nouvelle création dont le fil conducteur est porté par les corps et les chants des comédiens. Sur le plateau nu, le public découvre cinq jeunes comédiens tous vêtus de noir à l’exception de Ivet Sanz Vicente qui porte un haut coloré et qui incarne Ana, le personnage principal de cette histoire. Face à elle, Sami Morri dans le rôle de Thomas, le petit ami volubile passionné d’expéditions. Elle l’interrompt soudain pour lui dire qu’elle le quitte tandis que les trois autres protagonistes semblent écouter de loin et entonnent des chants joyeux en contrepoint, offrant une certaine légèreté. Alors qu’Ana semble être en forme, le docteur lui annonce qu’elle a une maladie extrêmement grave. C’est comme si la foudre s’abattait sur sa tête. Quel temps lui reste-t-il à vivre ? Et comment va-t-elle l’employer ? Il faut maintenant se battre jusqu’à la fin. Surgissent alors des flashbacks, des périodes d’introspection intenses, des séquences de vie fragmentée traduisant son angoisse grandissante et une réalité tendre et affreuse à la fois. Et si tout ceci, n’était probablement qu’une blague ?

La narration est portée par des dialogues courts, morcelés ou suggérés (gromelots) et par les déplacements où les sonorités caractéristiques qui les accompagnent dessinent la scénographie de ces espaces, les éléments en présence qui ouvrent ainsi notre imaginaire. L’association des mouvements et des voix prend de multiples formes sur scène parfois inattendues et drôles. Tels les spots publicitaires imagés, les courses au supermarché ou la boîte de jazz où le trio Johannes Johnström, Suel Lee et Chloé Louis se transforme en un clin d’oeil en instruments de musique (contrebasse, trompette et batterie). Ce procédé requiert une infime minutie et une écoute constante de la part des comédiens. Il offre une grande liberté, une belle poésie et maintient le spectateur captif. Ce dernier s’imprègne petit à petit de ses nouveaux codes. L’histoire s’enchaîne avec fluidité et le travail des comédiens est remarquable.

La mise en scène de Marc Granier donne à voir le chemin parcouru lorsque survient un drame personnel. Comment l’individu fait face à ces bouleversements ? Il pose un regard sur notre rapport au monde qui nous entoure, au temps qui passe. Il faut trouver le chemin pour dépasser ses angoisses et ses peurs. Les corps en mouvement et les chants polyphoniques apportent une certaine douceur, de la poésie et de la sensualité (danse des deux femmes accompagnée par le trio de voix). Les effets comiques sont bienvenus dans cette dramaturgie forte qui fait jaillir les émotions. Une proposition vibrante et audacieuse de la compagnie BPM.

BPM_credit Eddy Nicolle_lanuitprochaine6
BPM_credit Eddy Nicolle_lanuitprochaine4

La nuit prochaine de la Cie BPM, mise en scène Marc Granier © Eddy Nicolle

Informations pratiques

LA NUIT PROCHAINE – Compagnie BPM

Auteur
Marc Granier

Mise en scène
Marc Granie

Interprétation
Johannes Johnström, Suel Lee, Chloé Louis, Samy Morri, Ivet Sanz Vicente

Direction musicalePaul Ménage

Dates
Du 27 novembre au 20 décembre 2022 au Théâtre Les Déchargeurs, Paris
du dimanche au mardi

Durée
1h05

Adresse
Théâtre Les Déchargeurs
3, rue des Déchargeurs
75001 Paris

Informations complémentaires

Théâtre Les Déchargeurs
lesdechargeurs.fr

Compagnie BPM
compagniebpm.com